mardi 30 juin 2015

DâM Funk - Invite The Light (Stones Throw Records/Differ-Ant)


DâM Funk - Invite The Light (Stones Throw Records/Differ-Ant)

Le messie du modern funk, DâM Funk aka Damon G. Riddick, n’aura pas tardé à refaire parler de lui après son excellente collaboration avec le prince du G-Funk, Snoop Dogg en 2013, sur l’album 7 Days Of Funk, qui nous replongeait dans les sonorités West Coast des 90’s. Il nous offre en téléchargement gratuit un EP de 4 titres baptisé STFU, plantant un décor instrumental nous rendant nostalgique du gangsta rap classieux de Warren G et Nate Dogg (RIP) dans Regulate.

 
 
 
Snoop & DâM FUNK
Le producteur californien annonce ainsi l’imminence de la sortie de son nouveau long format intitulé Invite The Light, à paraître début septembre 2015 et dans le lequel il invite une pléiade d’artistes incarnant l’essence même du hip-hop et du funk d’hier et d’aujourd’hui. On note bien sûr la présence de Snoopzilla, mais aussi celle de l’immense rappeur new-yorkais Q-Tip (Tribe Called Quest), du mythique Junie Morrisson (The Ohio Players, P-Funk, Funkadelic), de la légende Leon Sylvers III (The Sylvers), de la chanteuse électro Nite Jewel, du surprenant Ariel Pink, du bassiste Flea (Red Hot Chili Peppers) ou encore du beatmaker natif de Los Angeles Computer Jay et de la chanteuse emblématique Jody Watley (Shalamar)…

D’habitude assez rare, Dâm-Funk était fin Mai 2015 en tournée US avec une de ses idoles, le rocker Todd Rundgren et Il est prévu qu’il contribue à un documentaire nommé Finding The Funk (si la campagne de financement via Kickstarter aboutit) dirigé par le tandem Nelson George/Arthur Baker et qui raconte la genèse du funk. Il serait narré par ?ueslove (The Roots) et inclurait les participations de Nile Rodgers, Bootsy Collins, D’Angelo, Peanut Butter Wolf (boss de Stone Throw), Mike D (Beastie Boys), Bernie Worrell et Sheila E. Personnellement j’ai hâte !


Nite Jewel & DâM FUNK
Mais revenons à notre objet d’étude, Invite The Light nous offre donc une musique sur laquelle le temps n’a plus aucune emprise, le funk est mort à la fin des années 80 mais n’a jamais été aussi vivant, il continue d’évoluer au travers du hip-hop et son art du sampling ou bien des scènes modern funk/future funk/electro funk dont notre serviteur est l’un des acteurs majeurs. N’acceptant aucun compromis, « son approche musicale est pure » comme le précise Nite Jewel, peu importe si elle ne lui remplie pas les poches grassement tant que la reconnaissance et l’intégrité sont là !

Dâm-Funk, qui a commencé sa carrière comme batteur dans une formation jazz de Pasedena, a pensé ce second album studio comme un disque estival gorgé de lumière, de légèreté et de sensualité, mais aussi et surtout de larmes et de sourires, qui d’après lui sont des composants essentiels du funk. Il l’a écrit avec les tripes et enregistré dans l’intimité d’une chambre avec un pc portable et quelques claviers aux accents vintage, puis a accordé une place significative aux voix, plus présentes que dans ses précédents travaux, l’idée de raconter une histoire et d’écrire une chanson l’a séduit.


DâM FUNK
L’Ambassadeur du Boogie Funk de Los Angeles est clairement orienté vers une esthétique à la D-Train ou Earth Wind & Fire, avec des orchestrations sophistiquées où les mélodies sont reines.

Si We Continue nous immerge dans le funk des 80’s avec son potentiel dancefloor contagieux, Somewhere, Someday nous fait prendre de la hauteur avec ses synthés aériens et son rythme plus lent et langoureux, sa ligne de basse ronflante et prédominante nous maintient cependant un pied sur la piste de danse.
Q-Tip

Q-tip dépose son flow si reconnaissable sur I’m Just Tryna’ Survive (In The Big City), on s’imagine alors longeant la côte au volant d’une Pontiac Grand Prix de 1970…

Surveillance Escape est plus tranchant et rapide, une sorte de psyché funk urgent et haletant.

Flea et Computer Jay collaborent ensuite sur un Floating On Air enivrant aux saccades breakbeat, suivi d’un HowUGon’Fu*kAroundAndChooseABusta ?DâM Funk prend des airs de Prince et George Clinton.

Le titre instrumental The Hunt & Murder Of Lucifer est suivi de It Didn’t Have 2 End This Way et Missing U, deux titres jumeaux où le producteur déploie ses talents au vocoder.

Ariel Pink & DâM FUNK
La pépite du disque est sans doute Acting, dans lequel Ariel Pink dévoile une présence presque fantomatique sur une prod. aux hit hats comme désynchronisés.

O.B.E (deuxième bijou du LP), son format maxi de 8 mn 29s et ses accents nu-disco nous mènent sur un sentier balisé jadis par le duo new-yorkais Metro Area, dont la moitié Storm Queen a le vent en poupe depuis son succès de 2010, Look Right Through.

Leon Sylvers III
 
Leon Sylvers III rejoint DâM dans un Glyde 2nyte aux saveurs R&B torrides, tandis que Snoop Dogg et Joi nous proposent un hymne à la décontraction et à l’apaisement avec Just Ease Your Mind From All Negativity, on imagine sans mal les nuages de fumée qui devaient planer dans le studio d’enregistrement…
 
 
Novena Carmel
Enfin, le très féminin Virtuous Progression, avec en guests les charmantes Nite Jewel, Jody Watley, Novena Carmel (fille de Sly Stone !!!), Jane Jupiter et Jimi James déborde forcément de sensualité et de douceur, jusqu’à ce que Scatin’ (toward The Light) (troisième trésor de l’opus) à la rythmique plus qu’explicite, clôt notre parcours dans l’univers passionnant de DâM Funk, grand défenseur du son old school. Il déclare d’ailleurs que « le funk est l’outsider de la black music, son bateau noir ».

DâM FUNK
Artiste visionnaire travaillant toujours dans l’émotion, il revendique son amour du funk comme un style de vie. Nous gratifiant de 3 bonus tracks portant le nombre des pistes à 20, ce passionné et généreux DâM Funk nous balance ses ondes positives sans nous faire quitter la réalité, on garde ainsi les pieds sur terre pour entamer quelques pas de danse et l’esprit serein mais alerte pour ne pas perdre le nord ni la valeur de la vie.






vendredi 26 juin 2015

Les Ambassadeurs – Rebirth EP (World Village/Harmonia Mundi)


Les Ambassadeurs – Rebirth EP (World Village/Harmonia Mundi)

Nous connaissons l’engagement profond du musicien Salif Keita auprès des albinos maliens et guinéens, ces « blancs locaux » discriminés, moqués et méprisés. Depuis 2005, date à laquelle il fonde l’ONG Club Art et Culture Salif Keita ainsi que la Fondation Salif Keita, il œuvre pour la prise en charge médicale du handicap, l’éducation et l’insertion socioprofessionnelle des populations touchées par « cette malédiction ».

Démarrant sa carrière de chanteur à la fin des années 60 avec le Rail Band de Bamako mené par le saxophoniste Tidiani Koné, il intègre en 1973 le fameux orchestre Les Ambassadeurs, dirigé alors par Kanté Manfila. Le big band offre à Salif l’opportunité d’interpréter d’autres styles musicaux que le folklore mandingue (auquel il apportait déjà un souffle de modernité), s’essayant ainsi au jazz, à la salsa, au funk, à l’afrobeat et à l’afropop. Son répertoire traditionnel enrichi des sonorités latines et afro-américaines devient alors contagieux et son modèle musical se répand telle une traînée de poudre à travers tout le Mali, l’Afrique de l’Ouest, la France et les USA.

Plus de 40 années s’écoulèrent depuis le début des Ambassadeurs, il était temps de reformer le groupe, de regagner les studios et retrouver le public. Epaulé du claviériste/chanteur mythique Cheick Tidiane Seck et de l’illustre guitariste Amadou Bayoko (moitié du duo Amadou & Mariam), Salif redonne vie à ce monument de la pop mandingue, officiant par la même occasion pour la bonne cause puisque les bénéfices de l’entreprise seront entièrement reversés à sa Fondation.

En effet, paraîtra fin juin 2015 un EP de 4 titres intitulé Rebirth, composé de deux morceaux de Salif Keita (Mali Denou et Seydou extrait de son album Folon sorti en 1995), d’un de Manfila Kanté (4V) et le dernier du claviériste/chanteur Idrissa Soumaoro (Tiecolomba Hé). On y retrouve le groove entraînant inimitable, les cuivres aux reflets afro-cubains, les guitares mandingues et les chants enivrants de l’âge d’or de la formation, toujours aussi prompte à nous faire danser.

jeudi 25 juin 2015

Al Di Meola – Elysium (Inakustik Records)


Al Di Meola – Elysium (Inakustik Records)

Le guitar hero italo-américain Al Di Meola publie un nouvel album studio intitulé Elysium. Après 40 années de carrière marquées par une problématique de fusion (entre jazz, rock puis influences latines) et de réinvention des genres, sa technique sophistiquée et sa virtuosité déroutante s’expriment ici à travers toutes sortes de guitares, l’artiste y mêle ainsi les sonorités douces et chaudes des cordes nylon, à celles métalliques de la guitare folk, brillantes et riches de la 12 cordes, puissantes et tranchantes de l’électrique.

Accompagné de trois claviéristes (Barry Miles, Philippe Saisse, Mario Parmisano), d’un batteur (Peter Kaszas) et d’un percussionniste indien (Rhani Krija), le compositeur très imprégné des cultures gipsy et flamenca a choisi pour l’occasion de ne pas s’entourer de bassiste, une absence notable dans un projet jazz rock, mais compensée par des arrangements de guitares conçus sur mesure et occupant un vaste espace sonore, au détriment de ses acolytes relayés en toile de fond.

Le tango d’Astor Piazzola, le flamenco de Paco De Lucia, le jazz fusion de Chick Corea, John MacLaughlin ou de Jaco Pastorius et le rock latino de Carlos Santana continuent à hanter son jardin secret, son petit coin de paradis musical accessible aux amateurs avertis.
A noter La Lluvia qui clôt Elysium tout en légèreté, un hymne smooth jazz aux reflets latins des plus estivaux.

mercredi 24 juin 2015

Sébastien Tellier - Comment Revoir Oursinet? (Darius Remix)

Sébastien Tellier - Comment Revoir Oursinet? (Darius Remix)

Quand le jeune producteur et Dj parisien Darius (de l'écurie Roche Music) revisite le monumental Sébastien Tellier, ça donne forcement un résultat des plus ouatés et délicats... Comment Revoir Oursinet ? extrait de l'album L'Aventura est repensé en version deep house hypnotique par le petit prince de l'électro à qui l'on doit l'excellent Ep Romance, paru l'an dernier et très bien accueilli par la critique et le public.

Se bâtissant une carrure internationale en égrainant ses Dj sets à travers le monde (Mexico, Los Angeles, Miami, Chicago, Toronto, Montréal, Jakarta, Istabul, Munich...) Darius est une valeur montante de la nouvelle scène électronique française à l'instar du multi-instrumentiste FKJ ou du belge The Magician.

Comment Revoir Oursinet? (Darius Remix) est à écouter ci-dessous:

https://soundcloud.com/thump/sebastien-tellier-comment-revoir-oursinet-darius-remix

Robert Glasper - Covered (The Robert Glasper Trio recorded Live At Capitol Studios) (Blue Note)


Robert Glasper - Covered (The Robert Glasper Trio recorded Live At Capitol Studios) (Blue Note)

L’excellent pianiste jazz Robert Glasper a enflammé la critique et séduit un large public grâce à ses deux précédents albums largement orientés R&B, Black Radio paru en 2012 et Black Radio 2 sorti l’année suivante.

Proche des milieux hip-hop et néo-soul, il côtoie et collabore avec des artistes d’horizons divers tels que Meshell Ndegeocello, Bilal, Erykah Badu, Q-Tip, Jay-Z, Maxwell ou Common ainsi que les jazzmen Chris McBride, Roy Hargrove, Terence Blanchard…

De retour chez Blue Note avec le même trio qu’en 2005 et 2007 lorsqu’il publiait ses opus Canvas et In My Element, le musicien nous offre un projet jazz acoustique d’une élégance rare, intitulé Covered (The Robert Glasper Trio recorded Live At Capitol Studios).

Nous retrouvons donc ses fidèles acolytes, Vincente Archer à la contrebasse et Damion Reid à la batterie enregistrant avec lui en Décembre dernier une session live intimiste devant un public ultra restreint, dans les mythiques Studios Capitol d’Hollywood.

Comme son nom l’indique, l’enregistrement se compose de reprises chères à Robert, piochées dans son propre répertoire (I Don’t Even Care, In Case You Forgot) ou issues de ceux de Radiohead (Reckoner, premier single de l’album), Joni Mitchell (Barangrill), Musiq Soulchild (So Beautiful), Jhene Aiko (The Worst), John Legend (Good Morning) ou encore Kendrick Lamar (I’m Dying Of Thirst)…

Parmi ces covers qui exposent ses talents d’arrangeur et sa virtuosité discrète, empruntant indifféremment aux scènes pop rock , électro, folk, R&B, hip-hop et néo soul, le pianiste a choisi d’interpréter l’immense standard de jazz Stella By Starlight (écrit par Victor Young), une ode somptueuse où l’influence des rythmes urbains apparaît dans le jeu expert du batteur.

Malgré le fait qu’il compose toujours en pensant à la manière qu’un chanteur ou MC pourrait déposer son flow sur ses mélodies, Covered est un album uniquement instrumental, exception faite d’une courte intervention d’Harry Belafonte dans le vibrant et engagé Got Over. L’ancien crooner y déploie un texte touchant qu’il récite d’une voix fragile et usée, décrivant une journée dans la peau d’un afro-américain… Sur I’m Dying Of Thirst, des voix d’enfants énoncent le nom des victimes de violences policières aux US, issues des minorités certains de ces martyrs ont été rendus tristement célèbres en partie grâce à la mobilisation de stars telles que Nas, Derrick Rose, D’Angelo, ?uestlove ou Kendrick Lamar (qui est d’ailleurs l’auteur du thème).

Le ton est donc donné, Covered est un live de jazz engagé socialement mais aussi artistiquement, en effet le trio nous balance, au-delà de ses sublimes reprises, son étonnant In Case You Forgot, unique titre au format réellement jazz, qui s’étale sur 13 minutes et où les trois musiciens improvisent en totale liberté s’acoquinant même à certains moments au free jazz.

Robert Glasper, avec son doigté délicat tantôt véloce tantôt cool exprime une telle décontraction qu’il captive d’emblée, que ce soit dans le cadre d’un concert privé ou d’un festival. Aussi adroit dans tous les répertoires de la black music, il s’impose peu à peu comme une figure emblématique du paysage musicale américain, fusionnant comme personne la sophistication du jazz et l’efficacité du hip-hop/R&B.

Un bien bel effort !

mardi 23 juin 2015

The Seshen - Unravel Remixes EP (Tru Thoughts)

The Seshen - Unravel Remixes EP (Tru Thoughts)

Le septet électro basé à San Francisco The Seshen nous livrait l'an passé un remix organique du Off The Course du producteur californien Lost Midas, il revient aujourd'hui avec l'EP Unravel Remix composé de six reworks et prévu pour le 17 juillet prochain.

L'écurie anglaise Tru Thoughts confirme une fois de plus son rôle de pourvoyeur de talents et de sonorités subtiles. Bluffé par le prochain Quantic qui rencontrera (je l'espère) un franc succès avec ses ambiances instrumentales funky, soul et jazzy (sortie prévue en juillet 2015), ou séduit par la toute jeune formation de Brooklyn Space Captain et son univers néo soul, j'accueille cet Unravel Remix EP avec un grand plaisir et une grande curiosité.

Paru en 2014, l'EP Unravel avait convaincu la critique et la scène électro soul underground, notamment les australiens Hiatus Kaiyote et le bassiste californien aussi doué qu'exubérant (proche de Flying Lotus) Thundercat.

On retrouve ici les remixes de 5 des six titres présents sur l'EP original.
L'énergie pop de 2000 Seasons est canalisée dans une version apaisée et cooltempo livrée par l'américain Astronauts, qui l'agrémente d'arpèges de synthés aériens et dramatiques.
Le titre éponyme Unravel est retravaillé à deux reprises, l'une nous est offerte par AKDK dans une veine électro pop up-tempo visant le dancefloor, tandis que l'autre nous est servie par l'élégant Lost Midas dans une ambiance électro funk addictive.
The Fall est quant à lui retouché par l'un des membres de The Seshen, Kumar Butler qui invite pour l'occasion le MC Buddha G. L'atmosphère y est sombre et habitée de bourdonnements angoissants.
Jonny Faith que nous découvrions dans son single Neon, expose sa vision de Shapes, ré imaginée de façon très élaborée avec des accents acoustiques charmants, des cordes amples bienveillantes et une rythmique délicate presque jazzy jouée aux balais... Magnifique!
Enfin Turn, remixé par Uhuru Peak clôt ce bel effort sur note organique des plus séduisantes, donnant forme à une ballade trip-hop mémorable.

GOOD JOB!

lundi 22 juin 2015

Daymé Arocena - Nueva Era (Havana Cultura/Brownswood Recordings)

Daymé Arocena - Nueva Era (Havana Cultura/Brownswood Recordings)

Nous découvrions au printemps dernier le magnifique EP The Havana Cultura Sessions de la jeune chanteuse cubaine Daymé Arocena, dernier talent déniché par le Dj anglais Gilles Peterson. Sa voix puissante et parfaitement maîtrisée malgré ses 22 ans imposait alors le respect et l'admiration, exploitant un répertoire coloré d'accents yoruba, de rythmes afro-cubains et de jazz.

Le label Browswood Recordings publiait le 08 juin dernier son premier album intitulé Nueva Era.

Composé de 10 titres, il fut enregistré à Londres en à peine quelques jours et laisse deviner au fil de son écoute toutes les influences qui nourrissent l'identité musicale de Daymé, invoquant Yemaya (divinité de la mer) dans un Madres aux reflets funky, emplissant son timbre d'une mélancolie déchirante dans le très jazzy Sin Empezar, et délaissant l'espagnol pour l'anglais dans Don't Unplug My Body où elle fusionne les percussions africaines à sa voix gorgée de soul, le tout rehaussé d'une énergie pop entraînante.

Dust, à la profondeur insondable s'ouvre sur une mélodie sombre et lancinante interprétée à l'archet, la contrebasse bientôt rejointe par un arpège de piano enivrant laisse la voix de la chanteuse nous porter le coup de grâce, chargée d'émotions elle vibre et nous assomme avant que les percussions et battements de mains élèvent la complainte vers une ballade jazz des plus délicates et envoutantes.

Avec El Ruso, Daymé nous fait danser la rumba et recentre son propos sur ces sonorités caribéennes si familières à son île natale. Si le texte aborde une époque assez obscure de l'histoire cubaine (celle des années 80 où l'on y enseignait le russe de force) le rythme y est chaloupé et enjoué à souhait.

Son passé de chef de chœur rejaillit aux travers de titres comme Nueva Era et Nino, dans l'intro de ce dernier on croirait même entendre le body drumming de Bobby McFerrin qui progressivement laisse place à une plage aérienne et vaporeuse très estivale.

Nueva Era signe l'entrée en lice d'une grande dame de la musique cubaine, les pieds bien ancrés dans ses racines africaines Daymé Arocena tend à rejoindre à sa manière la fine équipe des divas insulaires Omara et Célia...


vendredi 19 juin 2015

Space Captain - Easier/Remedy (Single) (Tru Thoughts Recordings)

Space Captain - Easier/Remedy (Single) (Tru Thoughts)

Tru Thoughts nous régale une fois de plus avec le single de sa toute nouvelle signature nommée Space Captain. La formation basée à Brooklyn est un collectif de jeunes musiciens plutôt orientés néo-soul.

Easier/Remedy paraîtra fin juillet 2015 annonçant (peut-être) un album dans un futur proche.
Le titre Easier fut lancé en 2013 via Bandcamp, son succès donna lieu un an après à la parution de Remedy sur la même plateforme.

Leur musique étant une subtile combinaison de sonorités R&B, hip-hop, soul et électro, il est logique que Space Captain soit tombé dans l'escarcelle de la maison de disque anglaise, comptant déjà dans ses rangs les fameux QuanticAlice Russell ou Harleigblu.

La voix de la chanteuse Maralisa Simmons-Cook hypnotise littéralement son auditoire tandis que la section rythmique dirigée par le producteur/guitariste Alex Pyle (co-fondateur du groupe) distille un son délicat et ouaté, largement imprégné d'accents jazzy, que nous délivrent par simonie la trompette de Lessie Vonner. Influencé par les beats de Madlib et Jay Dilla, les mélodies et les arrangements d'Erikah Badu, Jill Scott ou D'Angelo (dans sa période Brown Sugar), Space Captain se réclame tout autant d'un héritage plus classique, à chercher du côté du blues de Taj Mahal et du jazz de Nina Simone.

A suivre de très près !

DâM Funk - STFU (EP) (Stones Throw Records)


DâM Funk - STFU (EP) (Stones Throw Records)


 
 
Le messie du modern funk et du boogie funk, DâM Funk aka Damon G. Riddick, n’aura pas tardé à refaire parler de lui après son excellente collaboration avec le prince du G-Funk, Snoop Dogg en 2014, sur l’album 7 Days Of Funk, qui nous replongeait dans les sonorités West Coast des 90’s. Il nous offre en téléchargement gratuit depuis le site de son label Stones Throw Records un EP de 4 titres baptisé STFU, plantant un décor instrumental nous rendant nostalgique du gangsta rap classieux de Warren G et Nate Dogg (RIP) dans Regulate.

jeudi 18 juin 2015

Chico Trujillo – Reina de Todas Las Fiestas (Barbès Records/Differ-Ant)


Chico Trujillo – Reina de Todas Las Fiestas (Barbès Records/Differ-Ant)

Il y a peu, le label new-yorkais Barbès Records nous faisait (re)découvrir les rythmes de la chicha péruvienne avec ses compilations The Roots Of Chicha Vol.1 et Masters Of Chicha : Juaneco Y Su Combo. On écoutait alors cette fusion des 70’s alliant les sonorités de la cumbia colombienne, de la guaracha cubaine et du rock psychédélique…
Chico Trujillo nous présente quant à lui sa vision de la cumbia chilienne, en effet le groupe formé voilà plus de 15 ans publie son nouvel opus baptisé Reina De Todas Las Fiestas. Enregistré entre la Colombie, l’Argentine, le Chili et le Mexique, le disque emprunte ses reflets festifs à toutes ces régions sud-américaines, en s’appuyant plus particulièrement sur la tradition préhispanique des carnavals du nord du Chili (les carnavals Aymara) qu’il restitue grâce à la collaboration de Chico Trujillo avec la mythique fanfare Wiracocha, composée d’une trentaine de musiciens. Empli de chaleur et de sueur latine Reina De Todas Las Fiestas est une invitation à la fête, à la danse et la transe. Les roulements de tambours, les cuivres et les guitares, les percussions, le piano, la basse et les voix nous transportent littéralement sous les cieux andins, un verre de Pisco Sour à la main (cocktail national au Chili).


mercredi 17 juin 2015

Ajoyo – Ajoyo (Ropeadope/Sol Mondo)


Ajoyo – Ajoyo (Ropeadope/Sol Mondo)

Ajoyo fait parti de ces disques magiques qui provoquent un engouement dès la première écoute. Le saxophoniste virtuose Yacine Boulares, diplômé de la Sorbonne en philosophie, du Conservatoire de Paris en jazz et musique improvisée puis de la New School for Jazz de New-York, nous invite à partager une aventure musicale jubilatoire teintée  d’afrobeat (Jekoro), de rythmes camerounais (Chocot’ basé sur le Bikutsi) et haïtiens, de jazz bien sûr mais aussi de soul (Idanwo). Le groove y est contagieux et se déploie aussi bien dans de longues plages instrumentales que dans des chansons somptueuses (à l’instar de la sublime ballade Houb Ouna) interprétées par la divine Sarah Elizabeth Charles parfois rejointe par les chœurs, composés du trompettiste de la Nouvelle Orléans Linton Smith, du guitariste israélien Alon Albagi ou encore du percussionniste Foluso Mimyle, des batteurs français Guilhem Flouzat et Thierry Arpino, ainsi que Yacine en personne. A leurs côtés sont aussi présents le bassiste camerounais Fred Doumbe et le claviériste allemand Can Olgun.

Le compositeur et producteur franco-tunisien a pensé ce projet comme un hommage vibrant et vivant à une Afrique joyeuse, riche et plurielle qui, bien que meurtrie par une histoire qui a tendance à se répéter, résiste grâce à une culture aux multiples visages. C’est cette culture que l’artiste perçoit et restitue avec maestria à travers le prisme de la scène jazz new-yorkaise, bouillonnante, créative et engagée, qu’il côtoie depuis plus de 5 ans, accompagnant Placido Domingo, Tabou Combo, Sheila Jordan ou Ben E. King.

Entouré de son groupe Ajoyo, qu’il forme en 2012 avec l’envie de fusionner les sonorités ouest africaines et occidentales, Yacine Boularès célèbre la vie, l’amour et la justice grâce à une musique sophistiquée et entraînante aussi bien adressée au corps qu’à l’esprit.

Dédié à son père Mourad Boularès, Ajoyo réunit les spectres de Fela Kuti, Charlie Parker, Oum Khalsoum et Donnie Hathaway et bénéficie du soutien de la maison de disque indépendante Ropeadope (Snarky Puppy et anciennement Antibalas ou Medeski, Martin & Wood…) ainsi que de l’expertise du producteur/saxophoniste Jacques Schwarz-Bart (présent au sax ténor dans Soke Ijo).

Une belle aventure humaine et musicale !

lundi 15 juin 2015

Henri Tournier – Souffles du Monde (Accords Croisés/Harmonia Mundi)


Henri Tournier – Souffles du Monde (Accords Croisés/Harmonia Mundi)

(SORTIE PREVUE LE 22 SEPTEMBRE PROCHAIN)

Musicien français spécialiste de musique classique indienne et de musique contemporaine, Henri Tournier nous présente son dernier projet intitulé Souffles du monde. Armé de sa flûte traversière en bambou appelé flûte bansuri, le disciple du maître septuagénaire Hariprasad Chaurasia nous invite à participer à un voyage autour du monde et à travers le temps, mêlant d’une part les sonorités venues d’Inde, d’Orient, d’Asie et d’Occident, et bâtissant d’autre part un pont entre les traditions médiévales et les improvisations contemporaines.

L’artiste invite 10 chanteurs issus d’univers et d’horizons bien distincts, on y retrouve par exemple l’iranien Alireza Ghorbani (qui nous plongeait récemment dans l’ivresse du chant persan avec son disque Eperduement…), la tunisienne Dorsaf Hamdani (qui rapprochait dernièrement les textes des deux divas Barbara et Fairouz, assistée de son complice accordéoniste Daniel Mille) ou encore le mongol E. Dandarvaanchig et son chant diphonique. Que ce soit avec les pratiques vocales propres au Japon, à la France médiévale et contemporaine, à l’Afghanistan ou au Pakistan, le flûtiste a su élaborer de véritables dialogues entre voix et flûte, des connexions magiques misent en relief par une section rythmique polymorphe où se distinguent les empreintes sonores d’instruments folkloriques mythiques tels que la vièle, le koto, le luth, les tablas ou le dolak (percussion iranienne).

jeudi 4 juin 2015

Quantic Presents The Western Transient - Creation (East L.A.) Single (Tru Thoughts Records)

Quantic Presents The Western Transient - Creation (East L.A.) Single (Tru Thoughts Records)

L'immense producteur Quantic, véritable légende de l'écurie anglaise Tru Thoughts nous propose un nouveau disque à paraître fin juillet 2015 et baptisé A New Constellation. A peine remis de son flamboyant Magnetica, très axé sur les voix ainsi que sur les sonorités afro, latino et électro, nous voilà plongés dans un album cette fois-ci instrumental, orienté funk,soul et jazz. . Will Holland l'a enregistré à Los Angeles réunissant pour l'occasion le projet The Western Transient, composé de fidèles acolytes comme le batteur Wilson Viveros, l'arrangeur et flutiste Sly5thAve (que l'on retrouvait il y a peu au côté de Jesse Fischer dans un EP hommage à Herbie Hancock, Vein Melter), le trompettiste et saxophoniste Todd Simon, le pianiste Brandon Coleman, le bassiste Gabe Noel et enfin le percussionniste Alan Lightner.

Ce premier single intitulé Creation (East L.A.) qui paraîtra le 10 juillet, nous expose d'emblée la teneur de ce que sera le LP, en effet avec ses couleurs rayonnantes et une composition célébrant le son classique, riche, effervescent et un brin nostalgique des 70's, il privilégie le grain des enregistrements live et des synthés vintage. Les accents caribéens des steel drums, la rythmique de guitare funky et la mélodie obsédante jouée par les cuivres nous transportent instantanément en mode disco up-tempo sous le soleil de la côte ouest américaine.

Le titre est accompagné de son remix Reflex Revision orchestré par l'excellent The Reflex aka Nicolas Laugier, producteur français installé à Londres et spécialisé dans la réédition de tubes disco. Enfin l'enivrant A New Constellation nous en dit un peu plus sur l'état d'esprit back to the classics de Quantic, il nous fait prendre de la hauteur et se rapproche des ambiances délicates des Delfonics.